REPENSER L'UTILISATION

Écoconception : Action de concevoir des produits qui respectent les principes du développement durable et de l'environnement. De la planification à la distribution d’un produit, le potentiel de réduction des impacts environnementaux est inversement proportionnel aux coûts de réduction de ces impacts. 

Optimisation des opérations : Analyser et revoir les opérations pour optimiser la matière et réduire le gaspillage. Des pratiques comme le Lean Manufacturing sont souvent bien connues. 

Substitution de matières : Substituer une matière première par une matière résiduelle d’une autre entreprise. Permet de diminuer le coût de revient d’un produit ou d’en créer de nouveaux. Par exemple, substituer une partie de l’alimentation animale par de la drêche de microbrasserie, substituer des boites neuves par les boites usagées du voisin, substituer le paillis en copeaux par les poches de jute d’un torréfacteur, ou substituer du sable fraichement extrait par du sable d’excavation de travaux. 

Économie de fonctionnalité : Modèle d’affaires vendant l'utilisation plutôt que le produit. Dans ce cas, le fabricant reste responsable de la durabilité du produit alors que le client paie l’usure. Le client est donc assuré du coût du produit à long terme et le fabricant a intérêt à concevoir des produits fiables et durables. Un modèle d’affaires très intéressant. 

Approvisionnement et consommation responsable : S’approvisionner en mettant de l’avant des facteurs environnementaux. Consolider ses fournisseurs pour optimiser le transport, prioriser des matières recyclées, en sont de bons exemples. 

DONNER UNE NOUVELLE VIE

Don et vente de matières : Donner ou vendre sa matière résiduelle à un preneur. Les entreprises bénéficient d’un échange de matière, soit en diminuant les coûts de gestion, soit en les vendant. S’il y a un preneur, il y a de la valeur! 

Valorisation : Redonner de la valeur à une matière. Il est possible de maximiser un rejet, par exemple, en taillant de plus petites pièces dans des retailles, de donner une seconde vie, par exemple, en utilisant de vieux creusets comme pot à fleur géant dans un parc, ou de transformer physiquement ou chimiquement une matière pour l’adapter à un nouveau marché. 

Valorisation énergétique : Récupérer l'énergie produite par combustion ou méthanisation d’une matière. Des matières combustibles ou difficile à optimiser autrement peuvent profiter d’être utilisée pour générer de la chaleur ou de l’électricité. Les cimenteries sont régulièrement ciblées pour la valorisation énergétique.

Recyclage : Traiter la matière pour la réintroduire dans le cycle de production. Un bon tri à la source est souvent requis. 

Compostage :  Transformer la matière organique en terreau fertilisant à l’aide d’ingrédients de base (aliments périmés, restes de cafétéria) et une matière organique absorbante (copeaux de bois, carton). Un tri à la source peut être requis. 

Reconditionnement/réparation : Service de remise à neuf par le fabricant ou une entreprise tierce. Le secteur de l’automobile ou de l'électronique utilisent à l’occasion ce modèle, qui peut être avantageux pour le fabricant de reprendre en fin de vie et de revendre une fois remis à neuf. 

UTILISER PLUS FRÉQUEMMENT

Mutualisation de services : Se regrouper pour partager un service afin de pouvoir en bénéficier ou pour générer une économie d’échelle. Par exemple, mutualiser un service de collecte ou de traitement de matières, ou encore partager les services d’un professionnel. 

Mutualisation de biens : Se regrouper pour partager un bien afin de pouvoir en bénéficier ou pour générer une économie. Par exemple, mutualiser un camion de livraison dans un parc industriel ou un site de compostage privé. 

Location court terme : Louer un équipement plutôt que de l'acheter. Permet de réduire grandement la production et le transport d’équipement, alors que ceux-ci ne sont utilisés que sporadiquement.