Des pratiques circulaire #4... chez Le Ricaneux | Synergie Bellechasse-Etchemins

Des pratiques circulaires #4... chez Le Ricaneux

Par Malcolm Savard
Lecture : 5min

Histoire

Par un heureux hasard, j'ai eu la chance d'apprendre que Le Ricaneux avait des pratiques circulaires. Il ne m'aura pas coûté beaucoup d'énergie pour intéresser le producteur de vins Bellechassois à discuter de ses pratiques écoresponsables!

 

D'abord, saviez-vous que Le Ricaneux est le plus ancien producteur de vins et d'alcools de petits fruits au Québec toujours en activité?

 

L’entreprise familiale de 2e génération, localisée à Saint-Charles-de-Bellechasse, est nichée entre le fleuve Saint-Laurent et le Piedmont des Appalaches. J'ai eu la chance de m'entretenir avec la copropriétaire, Nathalie Mc Isaac, sur leurs pratiques circulaires.

 

Substitution de matières

Pour commencer, il faut savoir que les résidus principaux de la production du vin sont les graines de fruits utilisées dans le produit. Le Ricaneux produit divers vins et alcools de petits fruits, donc autant de résidus. 

 

Or, plutôt que de jeter ses résidus de production, le producteur de vins donne ses restes à un producteur de la région afin d'en faire de la nourriture pour ses porcs!

 

Il y a ainsi une substitution de matière (symbiose industrielle), une des stratégies de l'économie circulaire, où une matière résiduelle d'une entreprise devient la matière première d'une autre.

 

Par la suite, bien que l'entreprise recycle tout son carton, elle conserve les cartons plats qui servent de fond aux palettes pour les donner à la coopérative Les Choux Gras, qui s'en sert comme couverture de sol.

 

Deux fois plutôt qu'une, Le Ricaneux permet de substituer de la matière neuve par une matière résiduelle locale. Les matières ayant encore de la valeur ne sont donc pas gaspillées (enfouies), l'impact d'extraire et de transformer les matières vierges n'a pas lieu, et des entreprises s'associent et collaborent au passage.

 

 

Réutiliser au maximum

Plus loin durant notre appel, Mme Mc Isaac m'expliquait aussi que certaines de ses activités génèrent des feuilles de plastique Coroplast. 


Or, pour réutiliser le plastique plutôt que de l'envoyer au recyclage, la propriétaire a décidé de concevoir le revêtement intérieur d'une nouvelle section de bâtiment avec les feuilles de Coroplast! (Et devinez quoi, de la matière neuve a encore été substituée)

 

Petite note du monde des matières résiduelles : Une matière mise au recyclage peut être difficile à traiter, en plus du transport et de la transformation qui exigent de l'énergie. C'est pourquoi on ne retrouve pas le recyclage en priorité dans la stratégie des 3RV (Réduire, Réutiliser, Recycler, Valoriser).

 

Il faut noter aussi qu'en réutilisant, on ne fait pas qu'éviter l'extraction, le transport et la transformation d'une ressource vierge, on économise aussi en évitant l'achat. Comme quoi les petits gestes comptent, autant pour l'environnement que pour le portefeuilles.

 

Le plus curieux, c'est que le choix de ce plastique comme revêtement était tout à fait adéquat pour son utilisation, car sa couleur et son aspect lisse lui donne une allure soignée et le rend facile à nettoyer.

 

De bouteille à bouteille

En terminant notre appel, et à ma grande surprise, Nathalie Mc Isaac m'explique que les clients peuvent rapporter leurs bouteilles. Elles sont ensuite nettoyées, stérilisées puis réutilisées pour l'embouteillage. Les bouteilles de dégustation vides sont aussi réintroduites dans la production.

 

Pour les aspects mentionnés précédemment sur le recyclage et sachant que le recyclage du verre est un enjeu, cette initiative a un grand impact. En plus, l'entreprise économise. Encore. Chapeau.

 

Conclusion

La question à savoir si l'environnement s'oppose à l'économie est, selon moi, derrière nous. Le gaspillage généré par l'économie linéaire (extraire, produire, utiliser, jeter) n'a que de raisons d'être plus coûteux. Et si ce n'est pas le cas à court terme, ça le sera très probablement à long terme.

 

Comme le disait Mme Isaac, « Ça a toujours été ça. L'idée de réutiliser et de ne pas gaspiller. C'est encore bon alors pourquoi le jeter? ». Pour toutes ces raisons, nous sommes fiers de compter Le Ricaneux parmi nos entreprises ambassadrices de l'économie circulaire dans Bellechasse et les Etchemins!

 

Vous avez aimé cet article? Suivez-nous sur Facebook ou LinkedIn !